All for Joomla All for Webmasters

10 faits étonnants à propos de la truffe

10 faits insolites truffe

Vous le connaissez, vous l’avez même sûrement déjà dégusté… le champignon le plus luxueux continue d’émoustiller nos papilles. Au-delà de son aspect gustatif, la truffe stimule notre curiosité : comment pousse-t-elle ? Comment est-elle récoltée ? Quelle est son histoire ? Le mystère qui l’habite ne cesse de nous intriguer.

Pour que la truffe n’aie plus aucun secret pour vous, nous avons dressé une liste de 10 faits étonnants à propos de ce champignon.

  1. La truffe a besoin d’un arbre truffier pour pousser

La truffe est le fruit d’un champignon qui pousse plusieurs centimètres sous terre. Pour se nourrir et ainsi se développer, elle a besoin d’être à proximité d’un arbre (appelé arbre nourricier ou arbre truffier), avec lequel elle vivra en symbiose. Le champignon va alors puiser tout ce dont il a besoin grâce à de fins filaments qui sont en contact avec les racines de l’arbre. Les arbres truffiers sont généralement : le Chêne, le Noisetier, le Hêtre, le Bouleau, le Tilleul…

  • Une truffière prend des années à devenir rentable

La trufficulture est un art difficile : comme vu précédemment, pour se développer et voir le jour une truffe a besoin d’un arbre nourricier, mais aussi d’un sol suffisamment calcaire et d’un climat propice à la pousse de ce champignon. Cette culture commence à porter ses fruits 4 ans environ après la mise en place d’une truffière, et n’est vraiment intéressante qu’après 10 ans. Il faut donc de la patience, beaucoup de patience !

  • La truffe peut être hermaphrodite

Généralement, la truffe que l’on connaît résulte d’une fécondation entre une femelle de grande taille et un mâle, beaucoup moins grand. Mais dans certains cas, la truffe noire est capable d’hermaphrodisme. Ce phénomène serait lié à une sorte de compétition entre les truffes : lorsqu’un spore éclot près d’un individu déjà installé, le nouveau venu adopte le sexe opposé. Tout ça pour avoir plus de chances de disperser son patrimoine génétique !

  • Il existe plusieurs espèces de truffes

Plusieurs espèces de truffes sont présentes sur le marché, mais toutes ne sont pas équivalentes : selon le goût, la provenance et la rareté du produit, les prix ne seront pas les mêmes. Les principales espèces consommées sont donc :

  • La Truffe noire du Périgord (alias Diamant noir de la cuisine)
  • La Truffe blanche d’Alba (alias Truffe blanche du Piémont)
  • La Truffe d’été (appelée aussi Truffe de St Jean)
  • La Truffe de Bourgogne (dite truffe d’automne)
  • La Truffe musquée (alias Truffe brumale)
  • La Truffe de Chine
  • La truffe est un puissant exhausteur de goût

Traditionnellement, la truffe est cuisinée lors de sa pleine maturation, le moment où ses arômes sont les plus développés. Elle est un exhausteur de goût, c’est pourquoi elle est souvent incorporée dans des sauces, des viandes, des œufs ou bien des pommes de terre. La puissance de sa saveur est telle qu’il n’est pas nécessaire d’en mettre une grosse quantité pour avoir le goût de la truffe dans son plat.

  • La truffe peut être trouvée grâce aux mouches

On entend souvent parler des cochons ou des chiens truffiers pour réussir à trouver nos diamants culinaire. Mais saviez-vous qu’il existe un autre animal capable de nous aider dans notre chasse à la truffe ? Une espèce particulière de mouche allongée aux yeux orangés (la Suillia gigantea) a l’habitude de pondre ses œufs à la surface de la terre, juste au-dessus des truffes. Il « suffit » alors de vous promener avec un bâton et de balayer le sol à la recherche de ces fameuses mouches. Mais attention, lorsqu’une mouche décolle du sol il faut bien retenir l’endroit duquel elle s’est envolée pour trouver la truffe !

  • La truffe est l’un des aliments les plus chers au monde

C’est surtout vrai pour la truffe blanche d’Alba, qui est placée dans le top 10 des aliments les plus chers au monde (avec le caviar et le bœuf de Kobé). Son prix élevé est dû à sa rareté et à l’intensité de sa saveur. En effet, la production de la truffe blanche d’Alba est près de 10 fois inférieure à celle de la truffe noire du Périgord française (d’où l’écart de prix).

  • La truffe peut pousser sur les toits de Paris

En 2017, le Muséum national d’Histoire Naturelle a annoncé que, pour la première fois, une truffe avait été retrouvée sur le toit végétalisé d’un hôtel parisien. C’est la toute première fois qu’une truffe est trouvée à l’état sauvage dans Paris intramuros, et celle-ci pesait 21 grammes et était issue d’une variété de truffes poussant habituellement dans les mêmes régions que la truffe noire du Périgord.

  • La truffe peut avoir le goût du miel

Une truffe surprenante poussant essentiellement en Hongrie a la particularité d’avoir le goût du miel. Également surnommée la « truffe des sables », cette espèce arbore une couleur blanche voire ocre, et est ancrée depuis plusieurs siècles dans l’histoire gastronomique de l’Europe de l’Est.

  1. La truffe peut pousser outre-Manche

Dans la série des truffes qui poussent là où elles ne devraient pas, on a également la truffe retrouvée au Royaume-Uni ! C’est en 2017 que cette truffe noire du Périgord a été cultivée au Pays de Galles, une grande première pour eux. L’apparition de la première truffe britannique serait due au réchauffement climatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :